Faire le mur

Faire le mur

Le temps est à l’humour ce matin. Faire le mur c’est évidemment s’échapper, sortir, escalader le mur et s’en affranchir. Cela me fait penser à l’internat que j’ai connu, aussi aux histoires qui de déroulaient dans l’armée, à la caserne.

Faire le mur… regardez ce mur… il est en mauvais état, mais il a été légué par des générations de vignerons. Même s’il est en mauvais état, il témoigne d’un courage et d’une endurance remarquables.

Dans mon coin de pays, en Alsace, je vis sur « la route du vin », il y a des vignes partout. Bien entendu le paysage est varié, souvent magnifique, il évoque le plaisir et la douceur. Je vous sens complice de cet art de vivre ! Mais le mur… quel travail et avec quels moyens ! Il a fallu non seulement travailler la terre pour en faire un pays viticole, mais aussi stabiliser la terre, permettre d’y circuler, envisager son labeur non seulement pour soi mais pour des générations après soi.
C’est un héritage, oui, même si des progrès technologiques et oenologiques sont venus faciliter la tâche, ce métier reste une aventure, une aventure physiquement et psychologiquement exigeante.

Un héritage, un mur… je songe à nos Eglises.

Il parait que sur une certaine pierre, l’Eglise elle-même a été construite. Il est vrai que l’héritage est là et que le travail, là aussi, a été rude. C’est peu dire ! Ce mur-là aussi est souvent en mauvais état. Beaucoup ont « fait le mur ».

Mais la spiritualité est comme le bon vin, elle coule, elle désaltère, elle abreuve, elle fait nos délices.

Vivre au pain sec et à l’eau, c’est vivre sans la spiritualité.
Tant pis pour le mur, vive le vin de l’Esprit !

[bdp_masonry grid= »3″ effect= »effect-2″ show_date= »false » show_author= »false » show_tags= »false » show_comments= »false » category= »Facebook 2020″]
Tags: No tags
1

Comments are closed.